+33 6 89 73 52 91
80, rue de Paris 93100 Montreuil
contactnpns@gmail.com

2016

Stéphanie Rameau

L’année 2016 se termine pour le mouvement Ni Putes Ni Soumises avec un renouvellement prometteur de ses équipes dirigeantes.

A l’occasion de la dernière assemblée générale du mouvement, le 29 octobre dernier, Stéphanie Rameau, militante depuis 2005 au sein de Ni Putes Ni Soumises, a en effet été élue nouvelle présidente du mouvement.
Stéphanie, qui a notamment dirigé le comité NPNS de Tourcoing, prend la suite de la présidente Linda Fali, fortement remerciée pour son action et sa ténacité. L’autre tête de liste à l’occasion de cette élection, Rachida Benahmed, sera la nouvelle vice-présidente.
Un nouveau bureau accompagnera la présidente, composé d’anciens et de nouveaux militant-e-s. C’est le signe que le mouvement continue d’attirer de nouvelles énergies et qu’il poursuivra son combat pour un féminisme populaire en s’appuyant sur sa force : des militants et militantes de tous horizons et de toutes générations, de Paris et de province, engagés pour faire vivre le mouvement qui reste un porte-voix pour les femmes des quartiers populaires.
La nouvelle présidente, déjà à la tâche avec son équipe, détaillera prochainement les priorités de son mandat, dans un contexte où nous devons trouver les moyens humains et financiers pour faire face aux nombreuses demandes de femmes victimes, ou encore aux sollicitations sur des projets multiples autour de nos combats : l’égalité femme-homme, la laïcité, la mixité.
2017

Stéphanie Rameau

Le mot de la Présidente

Ni Putes Ni Soumises est plus déterminé que jamais: nous n’avons pas le droit de faillir.

Les difficultés étaient là mais ce symbole du féminisme d’urgence, qui suscite tant d’espoir auprès de nombreuses femmes, ne pouvait disparaître. C’est dans ce contexte que notre nouvelle équipe a été élue fin octobre 2016, avec l’objectif de redresser la situation et de défendre les valeurs originelles de notre Mouvement.

Ni Putes Ni Soumises c’est la lutte contre toutes les violences faites aux femmes, contre l’obscurantisme, contre le repli sur soi.

Le débat identitaire qui fait rage masque les chantiers immenses à mener pour, qu’entre autres, les quartiers populaires ne soient plus en marge mais au cœur de notre société. Les femmes doivent y avoir leur place et leur voix.

Nous nous devons, à l’heure où les intégrismes et leur crimes font le lit des passéistes partout dans le monde et même en France, de faire entendre avec force la voix des valeurs de la République, vecteur d’émancipaDon pour chaque citoyen(ne), et de la laïcité garante de l’égalité des droits et des chances femme- homme.

Hors de question de laisser piétiner nos droits, hors de question de continuer à subir les violences quelles qu’elles soient: il est grand temps que les mentalités évoluent sur tout le territoire, ce féminisme est LE dernier combat Humaniste, celui qui vaut pour toutes les couches sociales!